Cadre burning out... or burning with desire?

Une cadre parisienne proche d'un burn out. Mais qui ne veut pas donner ce plaisir à son hiérarchie.

05 mai 2011

Brûler les cellules grises

Vu mon état hyper non motivé etc etc, j'ai consulté un psy.

Vu mon état lors de notre entrevue, et qu'il y a 10 j'ai aussi consulté pour la même chose mais que je n'ai pas été traitée, il a décidé de me donner des pillules oranges.

Je ne suis pas très médoc, mais bon, parofis il faut.

Le Doc se demandait, ou plutôt m'a demandé pendant notre entretien sur la famille, les relations, etc. Cet état peut être aussi un peu conséquence du fait d'être à l'étranger, sans ma famille. Possible, mais c'est plus l'étranger que l'absence de ma famille, les difficultés de se faire une place, d'arriver à quelque chose.

J'ai donc pris son ordonnance et en sortant de son cabinet je suis allée illico à la pharmacie.

Et après, pour passer le temps avant de retrouver Coeur, je ne pouvais pas le voir tout de suite, j'avais une tête, j'ai succombé à l a thérapie féminine des courses. Sans aucun plaisir. C'est vrai.

J'ai pris les pillules un peu jaunes-oranger pendant 3 soirs. Il fallait les prendre avec le dîner. Mon petit corps n'aime pas ça, même si mon âme en demande.

J'ai mal dormi pendant 3 nuits, j'étais hyper fatiguée, et j'ai eu de temps en temps de la tachycardie. Et pourtant, dans la notice, ce n'est pas du tout ces symptômes là qu'on a. Il faut traiter mon âme, mais il faut qu'il trouve un autre médicament, celui-là ne passe pas.

Bon, faut que je patiente parce qu'avec mes vacances et mes horaires de ouf, je n'ai un nouveau rendez-vous que dans 1 mois.

Malgré son côté médoc tout de suite, je lui ai fait confiance au premier regard. Il y a des ces personnes qui nous donnent envie de leur faire confiance.J'espère ne pas me tromper.

Sinon, Chef qui est parti, il a changé de boulot (j'ai déjà, je sais), m'a envoyé un petit mot, en demandant si ça allait. C'est gentil. Comme quoi, plusieurs collègues le pensaient méchant, mais c'est le manager le plus humain que j'ai eu jusqu'à présent. On peut lui parler avec les larmes aux yeux et il te prend quand même au sérieux. Et s'inquiète le lendemain si tu vas bien. Et même après son départ.

(Si vous vous souvenez de la TePu, on travaille encore dans la même société, elle a juste changé de poste/pays, parfois elle passe dans mon service, elle passe à côté, elle est capable de ne pas s'arrêterpour dire bonjour. Je ne fais pas d'effort non plus).

Bref.

A suivre les évolutions de mon âme, de mes états d'âme.

Posté par hors_cadre à 00:04 - Burning out - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire